10 métiers au salaire attractif après une formation courte


Vous rêvez de faire une formation courte et gagner beaucoup

Découvrez les métiers pour travailler dans ce domaine et trouvez un CDI

Avec notre formation  qui est subventionnée à 100% par les Aides de l’Etat

Qui a dit qu’il fallait absolument faire de longues études pour toucher un (très) bon salaire ? MaFormation vous présente 10 métiers à la rémunération attractive que vous pourrez exercer après une formation courte. L’idéal dans le cadre d’une reconversion professionnelle !

Le salaire reste toujours l’un des principaux critères des candidats à la recherche d’un (premier) emploi ou d’une nouvelle aventure professionnelle. Bien sûr, d’autres éléments entrent en ligne de compte comme l’intérêt des missions ou encore l’équilibre vie pro/vie perso qui est de plus de plus recherché par les actifs. Le fait de pouvoir accéder au poste convoité dans des délais raisonnables est aussi devenu un critère de choix, notamment pour les personnes en reconversion qui n’ont pas forcément le temps ou la volonté de s’éterniser sur les bancs de l’école en reprenant une longue formation, souvent exhaustive.

C’est pour cette raison que nous vous présentons 10 métiers qui recrutent avec un bon salaire et accessibles rapidement après une formation diplômante ou certifiante. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, notez qu’une partie de ces formations pourront être financées par votre CPF (Compte Personnel de Formation) !

1/ Plombier

Il n’est pas exagéré de dire que l’insertion professionnelle des plombiers est très bonne ! Le plombier-chauffagiste, ou installateur sanitaire installe, répare et entretient des équipements et des appareils sanitaires. Il installe notamment les chauffe-eaux, pose et raccorde les lavabos, les éviers, les WC et tout ce qui touche à la robinetterie et aux canalisations. L’installation et la maintenance des différents systèmes de chauffage, de climatisation et de ventilation est également de son ressort. Le métier de plombier demande une bonne condition physique (port de charges lourdes), de l’autonomie, des qualités relationnelles et une certaine habileté manuelle. La détention du permis de conduire est indispensable pour pouvoir se rendre sur les différents chantiers et lieux d’intervention.

Le salaire des plombiers

Le salaire d’un plombier dépend de sa spécialisation, de son expérience et sa zone géographique. Si un plombier débutant touche généralement un peu plus que le SMIC, la paie peut largement augmenter selon les critères mentionnés pour atteindre entre 2000 et 2500 euro brut mensuel. A son compte, et s’il est doté d’un portefeuille clients particulièrement garni, la rémunération du plombier pourra s’envoler jusqu’à 4000€ voire 5000€ brut par mois.

Les formations courtes de plombier

Si le CAP Monteur en installations sanitaires est une voie idéale pour devenir plombier, les plus pressés pourront opter pour une formation qualifiante permettant d’obtenir le titre professionnel d’installateur en thermique et sanitaire. Cette formation professionnelle, qui mélange cours pratiques et théoriques ainsi que des périodes d’immersion en entreprise, ne dure pas plus de 8 mois et est un excellent moyen pour pouvoir exercer le métier de plombier dans des délais plus que raisonnables. D’autres formations complémentaires pourront être suivies par la suite pour obtenir des certifications et des habilitations prouvant votre expertise dans un domaine en particulier.

2/ Développeur web / informatique

Les développeurs web qui maîtrisent les technologies et les langages de programmation les plus en vogue sont chouchoutés par les recruteurs. D’excellentes connaissances en développement web leur permettront d’être en position de force lors d’un entretien d’embauche. Ainsi, les rapports sont souvent inversés lors du processus de recrutement : s’il est suffisamment compétent, c’est le développeur web qui avant toute chose choisit son employeur plutôt que l’inverse. Figure phare des métiers du web, ce professionnel a pour mission de créer des sites internet ou des applications à l’aide de langages web tels le HTML, le CSS et le JavaScript. Les spécialisations sont multiples dans ce domaine et on parle de développeur front-end pour tout ce qui concerne la partie visible d’un site web et de développeur back-end pour le développement de la face cachée, c’est à dire les coulisses des pages web. Le développeur full-stack est censé maîtriser ces deux domaines et cette expertise se traduit en principe par un salaire plus élevé. Quant au développeur informatique, il est chargé de créer des applications ou des logiciels en fonction des besoins des clients, généralement exprimés dans un cahier des charges. Esprit logique, capacité à travailler en équipe et envie d’apprendre de nouvelles choses chaque jour font partie des qualités incontournables pour devenir développeur informatique ou développeur web.

Le salaire des développeurs

La rémunération des développeurs dépend en grande partie de l’employeur, de la région d’exercice, des technologies maîtrisées et de leur expérience. Dans tous les cas, les développeurs font partie des métiers du web les mieux payés et il n’est pas rare qu’un développeur junior touche un salaire supérieur à 2500€ brut. Rémunération qui pourra souvent doubler au fil des années. Un développeur freelance pourra, quant à lui, fixer ses tarifs journaliers en fonction de de ses compétences et de la demande des clients.

Les formations courtes de développeur web / développeur informatique

Impossible de recenser tout le catalogue de formations pour devenir développeur ! Il faut dire que les organismes de formation proposant des spécialisations dans le développement web ou informatique sont légion dans toute la France. Beaucoup de personnes en reconversion font le choix de suivre une formation de développeur à distance pour acquérir les compétences incontournables du métier à leur rythme en profitant d’une grande liberté d’apprentissage. Les formations en ligne ont l’avantage d’abolir certaines contraintes (temporelles ou financières) notamment pour ceux qui travaillent à côté. Vous pourrez notamment rejoindre une formation qualifiante pour obtenir un titre professionnel de développeur web ou développeur mobile en moins d’un an. Les cursus sont souvent intensifs, ce qui explique leur durée réduite, il est donc recommandé de se dégager suffisamment de temps libre pour suivre votre formation de développeur dans les meilleures conditions possibles.

3/ Webdesigner

Le webdesigner est chargé de concevoir l’identité visuelle et la charte graphique d’un site internet ou d’une application mobile. Le métier allie compétences artistiques et compétences techniques. La maîtrise des logiciels de DAO (dessin assisté par Ordinateur) et des outils de la suite Adobe (Photoshop et Ilustrator en particulier) est indispensable à la création de maquette. Le webdesigner doit aussi connaître les bases du HTML/CSS et avoir une sensibilité artistique aiguisée. Le travail d’équipe est permanent et le webdesigner doit être capable de communiquer et d’échanger avec des profils divers : développeur web, infographiste, UX designer, chef de projet digital. Par ailleurs, il sait se mettre à la place de l’internaute pour faire en sorte d’attirer son attention par des visuels attractifs tout en lui faisant profiter d’une expérience de navigation la plus agréable et fluide possible (expérience utilisateur). La notion de faisabilité d’un projet est aussi cruciale : il doit parfois freiner les demandes extravagantes et irréalistes de certains clients et leur proposer une solution alternative qui suscitera leur adhésion. La communication digitale étant omniprésente de nos jours, le métier de webdesigner a la cote auprès des recruteurs souhaitant gagner en visibilité et en notoriété afin d’acquérir de nouveaux clients.

Le salaire des webdesigners

Le salaire d’un webdesigner débutant oscille entre 1 800 et 2 000€  brut par mois. Cette rémunération peut bien sûr fluctuer selon l’entreprise pour laquelle il travaille et son lieu de résidence. Au fil de l’expérience, un webdesigner peut espérer toucher un salaire allant de 3 000 à 3 500 euros brut mensuel. Un webdesigner freelance, selon la diversité de ses clients et de ses commandes, peut aussi bien toucher moins qu’un webdesigner débutant qu’obtenir une rémunération plus importante qu’un webdesigner confirmé travaillant dans une agence.

Les formations courtes de webdesigner

Il existe des formations de webdesigner qui vous permettront d’apprendre toutes les facettes du métier en moins d’un an. Contrairement à une idée répandue, vous n’aurez pas besoin de savoir parfaitement dessiner pour rejoindre une formation professionnelle de webdesigner, et le programme comprend suffisamment de cours consacrés à la maîtrise des logiciels de DAO pour que vous puissiez développer votre créativité et votre sens artistique tout au long de la formation. En revanche, n’hésitez pas à pratiquer en dehors des cours pour aiguiser vos compétences techniques et gagner en assurance dans la conception de maquettes de sites web. L’occasion de créer votre premier portfolio et d’avoir davantage de projets à montrer aux futurs recruteurs / clients !

4/ Consultant SEO / Chargé de référencement SEO

Le consultant SEO ou chargé de référencement SEO, a un seul objectif : arriver à faire en sorte que les sites internet dont il s’occupe se retrouvent dans les premiers résultats des moteurs de recherche et, si possible, en première position. Les algorithmes de Google n’ont (presque) aucun secret pour lui, et il sait parfaitement quels sont les critères et les actions qui permettront à un site web d’obtenir une meilleure visibilité sur Internet. Les entreprises des différents secteurs ont aujourd’hui bien compris l’intérêt d’être visible par leurs clients : un site e-commerce peut facilement voir son chiffre d’affaires doubler, voire tripler, en fonction de son positionnement sur les mots-clés recherchés par leur cible.

Concrètement, le consultant SEO est chargé d’auditer un site et de proposer des axes d’optimisation pour améliorer le positionnement de ce dernier. De nombreuses missions occuperont ses journées de travail : définition d’une stratégie SEO, recherche de mots-clés, suivi du positionnement, veille concurrentielle, suivi de l’actualité du référencement naturel, etc. Les qualités requises pour exercer ce métier sont tout aussi multiples : une grande capacité d’analyse, une bonne dose de curiosité et des compétences techniques aiguisées (maîtrise de Google Analytics et d’une ribambelle d’outils SEO). La patience est également de rigueur : les résultats des actions SEO mettent souvent plusieurs mois pour porter leurs fruits.

Le salaire des consultants SEO

La rémunération du référenceur est souvent attractive tant le métier implique la possession d’une multitude de compétences et savoir-faire. Un consultant SEO débutant commence généralement avec un salaire entre 1800 et 2400€ brut selon son expertise et son lieu d’exercice. La rémunération peut par la suite facilement grimper au fil de l’expérience et des résultats obtenus. Le statut de freelance est assez répandu mais il est recommandé de se faire une première expérience en agence web avant d’exercer en totale autonomie.

Les formations courtes en SEO

Beaucoup d’experts SEO ont dû apprendre cette discipline du marketing digital en autodidacte. Les choses évoluent et des formations 100% dédiées au SEO commencent timidement à voir le jour mais il s’agit encore le plus souvent de cursus en webmarketing proposant des cours de référencement naturel dans leur programme. Un bac+3 peut être demandé pour occuper ce poste mais certains employeurs n’ont que faire des diplômes.

Toutefois, pour maximiser vos chances de recrutement, et si vous avez déjà un niveau bac+2, vous pourrez rejoindre un Bachelor marketing digital en troisième année. Ce cursus pourra être l’occasion de se former au métier de référenceur SEO, notamment si vous arrivez à décrocher une alternance dans une entreprise ou une agence web qui porte un fort intérêt au référencement naturel. Le suivi de courtes sessions de formations SEO en ligne ou en présentiel vous permettra de vous faire une meilleure idée de cette discipline avant d’envisager une potentielle carrière en tant que référenceur SEO. Dans tous les cas, sachez que le SEO s’apprend en grande partie par la pratique : pourquoi ne pas créer votre propre site internet et essayer d’être le mieux positionné sur des requêtes peu concurrentielles ?

5/ Gestionnaire de paie

Le gestionnaire de paie est l’expert des bulletins de salaire. Ses principaux champs d’intervention sont la gestion administrative du personnel, la participation aux missions liées aux ressources humaines et, bien sûr, l’élaboration des fiches de paie des salariés de l’entreprise. La profession de gestionnaire de paie nécessite une grande rigueur, des qualités relationnelles, un bon sens de l’organisation et la maîtrise de l’outil informatique (utilisation de logiciels de paie). Mais ce n’est pas tout : le gestionnaire de paie doit également avoir des compétences rédactionnelles et des notions juridiques. La maîtrise de l’anglais peut être un atout dans certaines organisations ayant une dimension internationale.

Le salaire des gestionnaire de paie

La rémunération d’un gestionnaire de paie peut varier entre 2300 et 2600 euros brut par mois. Les écarts de salaire peuvent être plus ou moins importants et l’on sait, par exemple, qu’un salaire parisien sera généralement plus conséquent qu’en province. Cette rémunération pourra augmenter après plusieurs années d’expérience, notamment en cas d’évolution vers un poste de responsable paie ou responsable administration du personnel.

Les formations courtes de gestionnaire de paie

Le BTS CG (Comptabilité et Gestion), le BTS Assistant de gestion PME ainsi que le Bachelor GEA (gestion des entreprises et de administrations) sont des voies courantes pour devenir gestionnaire de paie. Toutefois, on trouve plusieurs formations professionnelles spécialisées en paie de durées plus courtes. La plus appropriée est sans aucun doute la formation qualifiante de gestionnaire de paie qui permet d’obtenir un titre professionnel délivré au nom de l’Etat. Une première expérience professionnelle pourra être requise pour accéder à ce cursus de niveau bac+2 et si vous avez déjà exercé dans un domaine proche, c’est encore mieux !

6/ Négociateur immobilier

Le négociateur immobilier fait l’intermédiaire entre les propriétaires et les potentiels acquéreurs d’un bien immobilier. La prospection occupe une place centrale dans son métier, il peut passer une bonne partie de ses journées de travail sur le terrain et sur des sites d’annonces immobilières en vue de trouver des biens immobiliers intéressants et de décrocher un rendez-vous avec les propriétaires. Avec l’accord du vendeur, il va ensuite pouvoir évaluer le bien et obtenir le mandat nécessaire à la mise en vente. Son rôle est alors de trouver des acheteurs potentiels en faisant la promotion du bien immobilier et en recherchant dans sa base de données des clients susceptibles d’être intéressés par le bien en question. Lors des visites, il doit être paré pour répondre à toutes les questions relatives à l’habitat ou à l’environnement (nuisances sonores, commerces de proximité, transports en commun, etc.). Le métier de négociateur immobilier requiert d’avoir la fibre commerciale, une aptitude à la négociation et, plus largement, de réelles compétences relationnelles. Être mobile (possession du permis B), avoir des compétences en droit immobilier en plus d’une bonne maîtrise de l’outil informatique font aussi partie des impératifs pour devenir négociateur immobilier.

Le salaire des négociateurs immobiliers

Le salaire du négociateur immobilier est sujet aux variations mais un débutant peut toucher plus de 2000€ brut mensuel en comptant les éventuelles commissions sur les transactions immobilières. Cette rémunération peut facilement doubler avec l’expérience.

Les formations courtes de négociateur immobilier

Le BTS PI (Professions Immobilières) est le diplôme le plus (re)connu des métiers de l’immobilier. Néanmoins, ce n’est pas la seule et unique voie à parcourir pour accéder au poste de négociateur immobilier. Là encore, une formation intensive de négociateur immobilier en centre ou à distance vous permettra d’être pleinement opérationnel une fois diplômé d’un titre professionnel enregistré au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles).

7/ Décorateur d’intérieur

Le décorateur d’intérieur étudie les besoins des clients en termes d’aménagement d’espace et leur fournit alors un devis évaluant les coûts de la prestation. Une fois le devis accepté, le décorateur d’intérieur propose des aménagements et réalise des petits travaux en veillant au préalable que ces derniers soient conformes aux attentes et aux goûts de la clientèle. Son sens de l’esthétique lui permet de concevoir des espaces intérieurs aussi beaux que fonctionnels en apportant une ambiance particulière à chaque pièce d’une maison ou d’un appartement. Le décorateur d’intérieur maîtrise les logiciels de CAO (conception assistée par ordinateur) et a de bonnes notions en géométrie dans l’espace. D’autres compétences comme un excellent sens du relationnel, une bonne dose de débrouillardise et la capacité à gérer et respecter un planning (mais aussi un budget) sont des qualités essentielles. Le décorateur d’intérieur doit également savoir où s’arrête son champ d’intervention afin de pouvoir déléguer les gros travaux à des professionnels du BTP.

Le salaire des décorateurs d’intérieur

Le décorateur d’intérieur exerce majoritairement en indépendant et peut donc fixer ses propres tarifs (à l’heure ou à la prestation). S’il arrive à développer suffisamment sa clientèle, la rémunération peut être importante et parfois dépasser 3000€. Si les Français sont passionnés de décoration, la concurrence est rude, il est donc plus que recommandé de bien se renseigner au préalable avant de se lancer dans la voie de l’indépendance. En cabinet d’architecture, le salaire d’une personne qui débute dans la profession est situé entre 1600 et 2000 euros brut.

Les formations courtes de décorateur d’intérieur

Outre le BTS Design d’espace, une multitude d’organismes proposent des formations certifiantes de décorateur d’intérieur. La durée de ces cursus peut être variable selon la formule choisie (formation de décorateur d’intérieur à distance ou en présentiel). Le e-learning permet en effet d’apprendre le métier à son rythme et de réduire, ou au contraire de rallonger, la durée de la formation. Ainsi, il est possible de se former à la profession de décorateur ou de décoratrice d’intérieur en l’espace d’une année, voire de 6 mois. Une période d’immersion professionnelle est vivement recommandé !

8/ Boulanger

Y a-t-il encore besoin de présenter le métier de boulanger dans un pays comme la France où le pain s’impose comme une pièce maîtresse de notre alimentation ? Tard la nuit et tôt le matin, le boulanger fabrique et conçoit le pain, les baguettes, les sandwiches et autres viennoiseries qui viendront égayer les repas quotidiens des clients. Hormis les compétences techniques que vous pourrez acquérir par le biais d’une formation de boulanger, c’est un métier qui demande une bonne habileté manuelle, un sens du contact client et une certaine résistance physique pour supporter la fatigue et la position debout prolongée.

Le salaire des boulangers

Si un boulanger débutant a souvent pour salaire de base une rémunération qui avoisine le SMIC, la paie peut être plus conséquente s’il travaille majoritairement de nuit. Le travail le dimanche et certains jours fériés participent à augmenter sa rémunération. Le salaire d’un boulanger ayant quelques années d’expérience peut varier de 2000 à 2500€ brut mensuel. Un boulanger à son compte aura la possibilité de doubler cette rémunération.

Les formations courtes de boulanger

Le CAP Boulanger est la formation phare pour devenir boulanger. Dans le cadre d’une reconversion, vous pouvez réduire le temps de cette formation en suivant essentiellement les enseignements dédiés aux missions et compétences du boulanger. Cela sera l’occasion d’obtenir votre diplôme en quelques mois seulement ! Ne négligez pas pour autant les périodes d’immersion professionnelle qui seront très formatrices pour acquérir tout le savoir-faire nécessaire inhérent au métier d’artisan boulanger.

9/ Technico-commercial

Comme son nom le laisse deviner, le technico-commercial possède une double compétence, technique et commerciale. Ce qui lui permettra de mieux vendre ses produits et services grâce à une excellente connaissance de leurs caractéristiques. Il officie aussi bien dans le secteur agroalimentaire que dans l’industrie ou le domaine pharmaceutique. Chargé de développer un portefeuille clients, le technico-commercial étudie les besoins de ces derniers afin de leur proposer des solutions adaptées à leur budget. Sédentaire ou itinérant, le technico-commercial doit dans tous les cas faire preuve de disponibilité et de réactivité durant sa prospection. La fibre commerciale, le sens de l’écoute et une capacité à négocier sont autant d’atouts pour réussir dans ce métier. La maîtrise des principaux logiciels bureautiques et de certains outils informatiques propres au métier est aussi censé être acquise. Savoir communiquer en anglais peut également être une compétence attendue dans un monde de plus en plus ouvert sur l’international.

Le salaire des technico-commerciaux

Comme beaucoup de métiers du commerce, le salaire du technico-commercial est attractif et peut varier assez fortement selon l’entreprise qui l’emploie, le secteur d’activité dans lequel il évolue et la région dans laquelle il exerce. En moyenne, un technico-commercial débutant gagne entre 2 500€ et 3 000€ brut par mois. Son premier salaire dépendra aussi de sa faculté à négocier : une qualité essentielle pour devenir un bon technico-commercial.

Les formations courtes de technico-commercial

Le BTS Technico-commercial est une formation diplômante toute trouvée pour devenir technico-commercial. Néanmoins, il existe d’autres cursus plus courts. Si vous avez déjà occupé une fonction commerciale dans un précèdent poste, vous optimiserez vos chances de voir votre inscription acceptée pour une formation qualifiante de négociateur technico-commercial. Les formations internes sont aussi courantes dans ce métier mais elles ne font pas tout : les employeurs privilégient les candidats expérimentés, même s’il s’agit d’un stage de quelques mois. Le mieux reste évidemment de réaliser une formation en alternance si possible.

10/ Community manager

Le community manager représente l’image d’une marque, d’un produit ou d’une entreprise sur internet, et plus particulièrement sur les réseaux sociaux qu’il s’agisse de Facebook, Twitter ou Instagram. Au quotidien, il développe et anime une communauté sur les médias sociaux afin de gagner en visibilité et en notoriété : lancement de sujets de conversation, organisation de jeux-concours, sondages, veille concurrentielle,  gestion de la e-réputation ou du S.A.V sont autant de tâches qui peuvent lui revenir. Le community manager doit maîtriser les codes des différents réseaux sociaux et avoir un bonne culture web. C’est aussi un métier qui demande une grande réactivité, de la diplomatie et une certaine intelligence sociale. En effet, conscient que le bad buzz est vite arrivé, le community manager doit être très vigilant quant aux valeurs et aux messages qu’il fait passer à travers ses publications. Rédiger sans faire de faute d’orthographe est aussi un prérequis incontournable pour devenir ou se reconvertir en tant que community manager. Ajoutez à cela un bon sens de l’humour, généralement apprécié par les entreprises souhaitant susciter la sympathie de leur coeur de cible.

Le salaire des community managers

Selon une enquête du Blog du modérateur de 2020, le salaire moyen des community managers est de 2407 euros brut mensuel. Un débutant peut s’attendre à percevoir une rémunération comprise entre 1900 et 2500€ en fonction des différents paramètres évoqués dans cet article.

Les formations courtes de community manager

Si les formations de niveau bac+2, voire bac+3 restent sollicitées par les employeurs, il est tout aussi possible de se faire recruter à la suite d’une formation à distance (ou en présentiel) de community manager. La durée de ce type de formation peut s’étaler de 5 mois à 1 an. Vous souhaitez être sûr que ce poste est bien fait pour vous avant de vous lancer ? Des cours de community management d’une journée ou de quelques jours vous aideront à mieux découvrir ce métier clé du digital.

Vous souhaitez travailler dans les métiers avec une formation courte qui rapporte beaucoup d’argent

Inscrivez vous à notre formation subventionnée par le Gouvernement

Remplissez le formulaire